VIII Il y a des műriers qui meurent.

TEKST groter lettertype kleiner lettertype

zaterdag 8 september 2012 om 14:47 uur.    |    Terug naar Gedichten
Dit werk werd reeds 1222 maal bekeken.



Cantique profane VIII

Il y a des mûriers qui meurent.

Les pierres de Bavière aménagent leur cimetière.
Les taches mûres sont leurs yeux incrédules,
une lamentation des couleurs en noir et rouge,
évoquant le décalage du temps évaporant.

Il y a des mûriers qui meurent.

Plus d’illusions à imaginer, à chercher.
Ni les vers à soie qui y dansaient, ni le vent
moquant qui y versait une brise. Ce que leur
bouche bée ajoute n’est qu’une doublure.

Il y a des mûriers qui meurent.

Plein d’arpèges est ce finissage, finalement l’image
d’une tourneuse de pages d’une petite chanson
chantée pour des mûriers mourants.

Il y a des mûriers qui meurent.

 

 

 




Vorige werk: IX Mon Languedoc s’éloigne. Terug naar overzicht Cantiques profanes Volgende werk: VII Pour un pigeon ŕ Montségur.